Archives du mot-clé écologie humaine

Présidentielles 2017, un mot de notre président

Chers Amis

Les AFC n’ont pas vocation à donner des consignes de vote, nous ne l’avons pas fait pour les précédents suffrages ni pour le premier tour, et nous ne le ferons pas pour celui-ci. Nous avons certes chacun, individuellement, nos convictions au sein du conseil d’administration de la fédération de Loire Atlantique, mais nous ne voulons pas nous  arroger le droit de déterminer à la place de nos adhérents ce que chacun doit faire, et nous n’avons de toute façon aucun pouvoir pour le faire. A chacun donc, de prendre ses responsabilités !

A contrario, nous avons toujours travaillé à éclairer nos adhérents sur les positions des candidats, notamment au regard des éléments de discernements que le Pape Benoît XVI avait exposé dans un discours du 30 mars 2006, les fameux principes non négociables :

« En ce qui concerne l’Église catholique, l’objet principal de ses interventions dans le débat public porte sur la protection et la promotion de la dignité de la personne et elle accorde donc volontairement une attention particulière à certains principes qui ne sont pas négociables. Parmi ceux-ci, les principes suivants apparaissent aujourd’hui de manière claire:

  • la protection de la vie à toutes ses étapes, du premier moment de sa conception jusqu’à sa mort naturelle;
  • la reconnaissance et la promotion de la structure naturelle de la famille – comme union entre un homme et une femme fondée sur le mariage – et sa défense contre des tentatives de la rendre juridiquement équivalente à des formes d’union radicalement différentes qui, en réalité, lui portent préjudice et contribuent à sa déstabilisation, en obscurcissant son caractère spécifique et son rôle social irremplaçable;
  • la protection du droit des parents d’éduquer leurs enfants.

Ces principes ne sont pas des vérités de foi, même si ils reçoivent un éclairage et une confirmation supplémentaire de la foi; ils sont inscrits dans la nature humaine elle-même et ils sont donc communs à toute l’humanité ».


Le Pape Benoît XVI les avait  également rappelés dans l’exhortation apostolique Sacramentum Caritatis (22 février 2007) au paragraphe 83 :
« Cela vaut pour tous les baptisés, mais s’impose avec une exigence particulière pour ceux qui, par la position sociale ou politique qu’ils occupent, doivent prendre des décisions concernant les valeurs fondamentales, comme le respect et la défense de la vie humaine, de sa conception à sa fin naturelle, comme la famille fondée sur le mariage entre homme et femme, la liberté d’éducation des enfants et la promotion du bien commun sous toutes ses formes.

Ces valeurs ne sont pas négociables.

Par conséquent, les hommes politiques et les législateurs catholiques, conscients de leur grave responsabilité sociale, doivent se sentir particulièrement interpellés par leur conscience, justement formée, pour présenter et soutenir des lois inspirées par les valeurs fondées sur la nature humaine. Cela a, entre autres, un lien objectif avec l’Eucharistie (cf. 1 Co 11, 27-29).

 Les Évêques sont tenus de rappeler constamment ces valeurs; cela fait partie de leur responsabilité à l’égard du troupeau qui leur est confié. »

 

Il est de bon ton aujourd’hui  dans divers milieux catholiques de relativiser ces points qui deviennent de facto « négociables » au regard d’autres points plus conjoncturels : politique économique, fiscale, sociale, migratoire…

Mais si on en vient à considérer qu’il n’y a pas fondamentalement de nature humaine, qu’un embryon peut-être éliminé, trafiqué, qu’il n’y a pas vraiment d‘homme ou de femme, ou qu’un homme peut-être une femme et vice versa, que tout est famille ou que la famille n’est rien, ce qui revient au même, que lorsqu’on est vieux et (ou) malade, il vaut mieux en finir, que l’homme est un être éthéré, sans racine, sans patrie car « citoyen du monde »…

En synthèse si on considère qu’il n’y pas de vérité sur l’homme, alors on bascule dans la dictature du relativisme dénoncée par le même Pape Benoît XVI et tout s’effondre, et l’on a plus grand-chose à espérer pour les autres domaines politiques.

Aujourd’hui nous ne voyons pas de candidat qui réponde intégralement  à ces points non négociables, et donc à court terme, rappelons-nous que la politique est l’art du possible, et tâchons quand même d’identifier quelle vision de l’homme est sous-jacente aux programmes et actions des deux  candidats.

Nous rappelons à ce propos l’excellent travail réalisé par Alliance Vita avant le premier tour de cette présidentielle, repris dans le tableau ci-dessous, et dont vous pourrez retrouver le détail avec les prises de position à l’adresse suivante : http://presidentielle2017.alliancevita.org/.

vita

NB : Le terme de bioéthique utilisé en général pour évoquer ces débats est hélas bien trop réducteur, trop « technique médicale», car il s’agit là finalement des bases anthropologiques, des principes  qui doivent fonder notre société.

La Confédération Nationale des AFC a également travaillé sur ces élections et nous vous invitons à vous y reporter : http://afc-france.org/elections-2017.

Notez enfin que nous travaillons également pour les législatives, pour lesquelles nous avons interrogé les candidats du département et vous ferons sous peu une synthèse de notre travail.

Quoiqu’il en soit, soyons convaincu que le salut de notre pays doit passer par chacun de nous, ce qui ne pourra se faire que par un travail intense, une formation sur des ouvrages de fonds (il convient de ne pas se contenter de quelques blogs d’opinions et de tweets), le courage de quitter tout esprit partisan et de servir là où nous sommes, et surtout la volonté d’une conversion intérieure et une prière confiante.

Le président de la fédération des AFC de Loire Atlantique.

réaction en pdf

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Tumblr

IVG, CONTRACEPTION : la lutte continue?

sa0019-foetus« En cours de philosophie des garçons de mon lycée ont présenté un exposé         anti-IVG sans que le professeur les          interrompe. Ça m’a choquée. »…               Voilà la phrase par… laquelle LOIRE ATLANTIQUE Magazine, le magazine du département commence son            article intitulé « IVG, CONTRACEPTION: la lutte continue ».http://www.loire-atlantique.fr/…/n…/le-magazine-fr-p1_314847

Ce magazine payé avec vos impôts et distribué dans toutes les boites aux lettres du département, présente une série de témoignages et d’opinions très en phases avec le sous-titre de l’article « La lutte continue ».

Bien au-delà de proposer un discours orienté, cet article nie la liberté d’opinion dès la première ligne. Sous couvert de la récente loi sur le délit d’entrave, le discours déversé tout au long de l’article est particulièrement caricatural. Il passe sous silence que l’IVG n’est jamais un acte anodin et que médicalement et psychologiquement il comporte des risques (les risques d’infertilité y sont niés alors qu’un grand nombre d’études démontrent des liens de causalité). Les alternatives à l’IVG sont absentes également.

Les AFC 44 s’élèvent contre l’utilisation militante et trompeuse de l’outil de communication du département et souhaitent rappeler aux ligériens qu’il existe des alternatives à cette « pensée unique ».

Enfin, à propos « d’éducation sexuelle » abordée dans le dossier les AFC rappellent qu’il existe de nombreuses belles propositions pour s’informer et former vos enfants à l’éducation affective et sexuelle sur notre département que vous pouvez retrouver dans notre dossier de septembre 2015 : http://www.afc-44.org/journal-fede-44/

Oui, effectivement, la lutte continue !

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Tumblr

L’argent public n’a pas à financer les revendications LGBT !

Les AFC 44 dénoncent l’utilisation par le Conseil Départemental de Loire-Atlantique et la Mairie de Nantes de l’argent public pour faire la promotion des nouvelles revendications LGBT : PMA et GPA.Pregnancy and surrogacy concept - pregnant woman hand holding dollar currency cash

A plusieurs reprises ces collectivités ont financé les revendications LGBT :

Le journal d’information du Conseil Départemental relaie dans son édition de juin-juillet dans un dossier de 7 pages les revendications de PMA/GPA. Il présente des cas de personnes ayant détourné la loi en ayant recours à la PMA à l’étranger (« Avec des PMA en Espagne j’ai eu une petite fille, ma femme des jumeaux. Aujourd’hui je suis en instance de divorce. Nous pouvons partager la garde de nos 3 enfants ») et présente comme légitime la déstructuration de la filiation (« Avec un couple d’amis lesbiennes, nous avons un enfant que nous aimons et éduquons à quatre. Il a 2 papas et 2 mamans. »)

Le soutien financier de Nantes et du Conseil Départemental au centre LGBT de Nantes qui non seulement milite via ses évènements (conférence, gaypride, cinépride) pour la PMA/GPA mais également accompagne – au mépris de la loi – les couples homosexuels dans leur démarche pour recourir à l’étranger à ces pratiques aujourd’hui heureusement encore illégales en France.CkrwBtTWYAAnAto

Le soutien financier de Nantes et du Conseil Départemental au centre Simone de Beauvoir qui s’associe à cette promotion de la PMA/GPA en organisant un cycle de conférences sur ce thème.

Ce scandale doit cesser. L’argent public doit être utilisé pour servir l’intérêt général et non financer les revendications de lobbys communautaristes. Si la lutte contre les discriminations injustes est nécessaire, elle ne doit pas être confondue avec le militantisme LGBT que notre département et notre ville n’ont pas vocation à financer. Rappelons que sous couvert d’égalité des droits, ces revendications créent des situations particulièrement inégalitaires où les enfants se voient privés du droit d’être élevés par leur père et leur mère et de bénéficier de repères stables de filiation. Avec la GPA un pas supplémentaire est franchi avec la marchandisation du corps de la femme.

Le 16 juin, Tous mobilisés pour lutter efficacement contre la GPA!

Pour dénoncer utilisation abusive de l’argent public en faveur de la PMA / GPA et pour soutenir des propositions de loi qui seront discutées à partir du jeudi 16 juin à l’Assemblée Nationale contre la GPA :

Participez à l’opération « Sentinelles » de 12h30 à 13h30 devant la préfecture (face au monument des 50 otages) & Venez manifester avec vigueur 19h à 20h devant la préfecture Evénement Facebook16juin

Les AFC 44 vous invitent également à agir au niveau européen en signant l’initiative citoyenne pour demander que le mariage soit défini comme l’union entre un homme et une femme et la famille fondée sur le mariage et/ou la filiation : https://signatures.mumdadandkids.eu/

FEDERATION DES ASSOCIATIONS FAMILIALES CATHOLIQUES DE LOIRE-ATLANTIQUE

 

Les AFC 44 sont intervenus sur ce sujet face à Marie-Françoise Clergeau députée de Loire-Atlantique sur Radio Fidélité le jeudi 16 juin.

ducoin-clergeau-300x150

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Tumblr

Mobilisation urgente contre la GPA

Rejoignez les 100 000 signataires de No Maternity Traffic

logo_nomaternitytrafficAlors qu’en décembre dernier, le Parlement Européen condamnait fermement la GPA (Gestation Pour Autrui), le vote, le 15 mars prochain, du rapport sur les « droits humains et questions éthiques liés à la GPA » par le Conseil de l’Europe pourrait malheureusement inverser la tendance.
Un rapport dont l’auteur belge se trouve « juge et partie » étant militante pour la légalisation de la GPA et la pratiquant elle-même en tant que médecin !

Dans ce débat, les droits de l’Homme et de l’enfant doivent prévaloir : déjà 100 000 citoyens européens, alertés sur la tournure récente des débats au Conseil de l’Europe, ont signé l’appel de No Maternity Traffic pour demander l’interdiction universelle de la GPA.
Rejoignez cette grande vague de protestation !
www.nomaternitytraffic.eu

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Tumblr

Euthanasie des handicapés – un appel à la mobilisation lancé par la Fondation Lejeune

mobilisation-01

Lu sur le site de la Fondation Jérôme Lejeune

La proposition de loi sur la fin de vie (des députés Jean Leonetti (LR) et Alain Claeys (PS)) revient en 2ème lecture au Sénat : le 21 octobre en commission et le 29 octobre en séance. Lors du passage du texte à l’Assemblée, début octobre, près de 5 500 soutiens ont alerté leur député, via cette même mobilisation.

A une semaine de la dernière étape de la navette parlementaire, la Fondation Jérôme Lejeune appelle à déployer encore plus d’énergie pour mobiliser les sénateurs et protéger ainsi la vie de tous les Vincent Lambert. Pour cela, la Fondation Jérôme Lejeune relance aujourd’hui, et jusqu’à la date limite de dépôt des amendements (26 octobre), une mobilisation virale « En plein scandale Vincent Lambert, empêchons l’euthanasie des personnes handicapées ». Elle appelle les citoyens à interpeller leur sénateur via une page mobilisation dédiée pour introduire dans la proposition de loi des amendements de nature à :

Préciser qu’une personne handicapée, parmi lesquelles les personnes cérébrolésées, ne peut pas faire l’objet d’un arrêt de traitements par le seul fait qu’elle est handicapée.
Modifier la procédure collégiale, actuellement appliquée dans le cas d’un arrêt de traitement d’une personne inconsciente, en disant que la décision d’arrêt de traitement ne relève pas d’un seul médecin, qu’elle doit être prise après consensus avec la famille, et qu’à défaut de consensus, une médiation doit nécessairement être proposée par l’établissement médical ou médico-social.
Définir ce qui relève des traitements et ce qui relève des soins, de manière à ce que l’administration des soins dus à tout patient, quel que soit son niveau de conscience, ne puisse plus être interprétée comme relevant de l’acharnement thérapeutique.

Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune, s’émeut : « La loi Leonetti de 2005 est souvent présentée comme un juste équilibre mais c’est pourtant cette loi qui a permis l’affaire Vincent Lambert. Lequel demain, pourrait être euthanasié par privation d’eau et d’alimentation.A la source, réside l’amalgame permanent et entretenu entre handicap et fin de vie. Non seulement il faut agir pour protéger d’urgence tous les Vincent, mais plus largement, il est nécessaire de créer un cadre légal de protection et de soin des personnes handicapées ».

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Tumblr

Témoigner de notre foi, 6 clés pour une nouvelle mobilisation

6a00e54fa548b8883301156fee857d970b-800wiCe message est le fruit d’une relecture pastorale des moments de forte intensité vécus autour de la réforme du code civil sur le mariage et l’adoption. Elle me paraît nécessaire au vu des divergences qui se sont fait jour au sein de notre communauté diocésaine.

Là où cela sera possible et souhaitable, il sera bon d’engager le dialogue autour de ces quelques réflexions que je vous livre. La démarche de dialogue entre nous permettra de nous mettre à l’écoute de l’Esprit du Christ qui nous pousse à témoigner de notre foi au Christ parmi nos contemporains.

Lire la suite

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Tumblr

Un tour de France pour s’engager en politique

Communiqué de presse de la CNAFC – 12 juin 2013

famille_bioA droite comme à gauche, l’engagement politique pour tous, au service de la personne humaine, c’est maintenant !

Derrière la nébuleuse de La Manif pour Tous, une foule immense, à rendre jaloux tous les manifestants des trente dernières années, s’est retrouvée dans la rue jusqu’au bout du processus législatif. Que l’on soit d’accord ou non sur le fond, sa densité, sa diversité et son abnégation ont bouleversé les repères politiques habituels. Par leur mode d’action, les opposants à ce projet de loi ont créé une rupture dans le train-train de la République, replaçant au cœur du débat la question anthropologique et la personne humaine. Une conscience collective s’est forgée chez des personnes peu habituées aux estrades et aux meetings, avec un slogan : « on ne lâche rien », un « ONLR » devenu un acronyme identitaire d’une génération texto.

Lire la suite

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Tumblr