Municipales 2014 Nantes – 2ème tour

municipales-2014-nantes2ème tour des municipales 2014 à Nantes: les programmes des trois candidates face aux priorités des familles

A l’issue du scrutin du premier tour des élections municipales de dimanche 23 mars, trois candidates restent en lice pour la mairie de Nantes: Johanna ROLLAND PS (34,51%), Laurence GARNIER UMP (24,16%) et Pascale CHIRON EELV (14,55%). La Confédération Nationale des Associations Familiales Catholiques invite ses adhérents à considérer les programmes des candidats aux municipales par le prisme de 10 questions liées aux préoccupations essentielles de la vie familiale.

Forte de cette dynamique nationale, l’AFC de Nantes s’est prêtée à l’analyse des programmes des 3 candidates restant au second tour des élections municipales de Nantes par le biais du questionnaire national…

1/ Le candidat veut mener une politique favorable aux familles nombreuses (fiscalité…)

Si les trois candidates se positionnent pour un engagement à ne pas augmenter les impôts locaux, voire même à les diminuer, il n’est nulle part question de développer une fiscalité particulière venant spécifiquement en soutien des familles nombreuses.
Les candidates qui prennent en compte la structure familiale et proposent des initiatives pour faciliter la vie quotidienne des familles nantaises :
Laurence Garnier (UMP-UDI-PCD-MPF) propose la création d’un conseil consultatif des familles animé par un adjoint dédié aux affaires familiales (la création d’un adjoint à la famille étant une des demandes des AFC), celle d’une maison des familles (où trouvera notamment place le conseil conjugal qui figurait parmi les propositions portées par les AFC), sans oublier la mise en place d’une tarification particulière pour les familles de trois enfants et plus dans les établissements gérés par la ville de Nantes et pour les transports publics.
– La création de « points infos parents » et la mise en place d’une tarification famille pour les week-end dans les transports en commun font partie du programme de Johanna Rolland (PS).

2/ Le candidat a fait des propositions intéressantes en faveur de nos aînés

Laurence Garnier met l’accent sur le développement de dispositifs intergénérationnels que les AFC appellent de leurs vœux (création d’un « Village des générations» associant logements pour personnes âgées et handicapées et jeunes couples pour la première ; et regroupements crèches/maisons de retraites + soutien aux associations créant du lien entre familles et retraités pour la seconde). Pascale Chiron (EELV) entend également promouvoir l’ouverture des résidences de personnes âgées aux activités intergénérationnelles et se positionne pour une politique active en faveur des anciens (maintien à domicile, accès aux résidences seniors pour tous les budgets…)
Johanna Rolland appelle à la lutte contre l’isolement des personnes âgées par le développement du dispositif « Voisinage », et l’aménagement de 1200 logements bleus et adaptés pour favoriser le maintien à domicile des personnes âgées.
Laurence Garnier propose également la création d’un microcrédit d’aide aux personnes âgées pour adapter leur logement à la dépendance.

3/ Le candidat veut développer le nombre de places dans les crèches et haltes-garderies

Les trois candidates se prononcent en faveur d’une augmentation importante du nombre de crèches durant le prochain mandat (+ 400 ou 500 places), ainsi que pour le développement d’une offre de modes de garde diversifiée et harmonieusement répartie sur le territoire. Johanna Rolland et Laurence Garnier souhaitent l’élargissement des horaires dans certains établissements.
Selon les sensibilités, les candidates mettent l’accent sur les soutien aux projets associatifs (Laurence GarnierPascale Chiron) ou aux crèches d’entreprise (Johanna Rolland). On note aussi le souhait d’augmenter la lisibilité de l’offre autour de la petite enfance avec la création d’ un « guichet unique » chez Johanna Rolland.

4/ Le candidat s’est engagé pour une mise en place harmonisée des nouveaux rythmes scolaires et le recrutement d’intervenants de qualité

Pour Laurence Garnier, il convient de « repenser l’organisation de la semaine de 4 jours et demi dans les écoles pour simplifier la vie des familles » et, dans cette organisation, de favoriser l’apprentissage des langues.
Pascale Chiron a longuement développé la question des rythmes scolaires en proposant des mesures pratiques pour une meilleure organisation de ce temps. Elle veut la création de structures de concertation dans les écoles (associant les directeurs d’établissement, les intervenants, les associations et les parents) dont le rôle serait de veiller à la bonne organisation des temps périscolaires. Elle souhaite également la mise en place d’un parcours « citoyen en herbe » piloté par la ville (et considéré comme « une priorité du prochain mandat ») comportant de nombreux modules (science, art, culture, environnement, sécurité routière…) mais également égalité garçons/filles et lutte contre les stéréotypes qui nous semble être une porte ouverte à l’enseignement déguisé de l’idéologie du genre dès le plus jeune âge.

5/ Le candidat a présenté des mesures en faveur de l’accessibilité des personnes en situation de handicap

Johanna Rolland comme Pascale Chiron et Laurence Garnier parlent d’augmenter encore l’accessibilité générale de la ville, notamment pour les transports en commun et la voirie.
Johanna Rolland et Pascale Chiron mettent l’accent sur l’amélioration de la prise en charge des enfants et des jeunes handicapés dans le cadre scolaire (Johanna Rolland : création de postes d’accompagnants pendant le temps périscolaire et ouverture de 100 places supplémentaires dans les centres de loisirs de l’ACCOORD ;  Pascale Chiron : parcours éducatif facilité de la crèche au collège).
Laurence Garnier enfin met l’accent sur deux priorités : mixité (favoriser la mixité autant que faire se peut dans les lieux de vie : petite enfance, école, périscolaire, logement (cf. village des générations), culture, sport… ) et transversalité, parce que se sont tous les services de la ville doivent avoir cette préoccupation.

6/ Le candidat s’est prononcé contre le « mariage pour tous » et demande la liberté de conscience des élus

Laurence Garnier a exprimé publiquement, à maintes reprises, son refus en tant que maire de marier des personnes de même sexe. Elle a participé à toutes les manifestations nationales contre la loi Taubira et figurent sur sa liste Blandine Krysmann, déléguée du PCD 44 (Parti Chrétien Démocrate), ex porte-parole LMPT44 , et Sébastien Pilard, ex responsable LMPT Ouest.

Elle n’a pas souhaité signer la Charte de la Famille LMPT, précisant qu’elle ne signait aucune charte pendant ces temps de campagne. Dès mai 2012 elle a exprimé lors de la campagne des législatives son refus de ces projets de lois dans une interview où elle se positionnait également en faveur « du respect de la vie humaine, de la conception à la mort naturelle ».

Pascale Chiron et Johanna Rolland sont favorables au mariage pour tous et ont participé aux manifestations en faveur du projet de loi en 2013. Ces deux candidates se sont également prononcées en faveur de l’ouverture de la PMA aux couples homosexuels.

7/ Le candidat soutient des actions en faveur d’une véritable éducation affective et sexuelle dans les écoles

Plus largement, cette question soulève celle, extrêmement actuelle, de l’introduction du concept de genre dans les écoles sous couvert de lutte contre les stéréotypes et les inégalités filles/garçons.

Laurence Garnier a publiquement fait part de son engagement de « s’opposer fermement à toute introduction des études de genre à l’école par quelques moyens que ce soient ».

A contrario, les candidates de gauche se retrouvent autour de l’enseignement de ces éléments à l’instar de Johanna Rolland qui veut « développer les actions éducatives qui promeuvent l’égalité filles-garçons et la lutte contre les stéréotypes ainsi que les comportements discriminants » ou de Pascale Chiron avec son parcours « citoyen en herbe » sur le temps périscolaire (une des priorités de son mandat) qui comporte un module se rapportant à « l’égalité garçons/filles et la lutte contre les stéréotypes ».

8/ Le candidat souhaite mettre en place une carte familiale pour l’accès à la culture et au sport

Johanna Rolland et Pascale Chiron optent pour une politique sociale et non familiale en ce qui concerne l’accès à la culture et au sport : les tarifs préférentiels sont ainsi accordés sous condition de ressources et non en prenant en compte le fait familial. (principe de la carte blanche accordée par la Ville de Nantes), ce que les AFC ne peuvent que regretter.
A l’inverse, Laurence Garnier veut mettre en place une tarification particulière pour les familles de trois enfants et plus dans les établissements gérés par la ville de Nantes et pour les transports publics.

9/ Le candidat souhaite mener une politique de logement pour favoriser l’installation durable de jeunes familles dans la commune

Si Johanna Rolland comme Laurence Garnier souhaitent la construction de logements neufs répartis entre logements sociaux et logements abordables, Laurence Garnier prend en compte la réalité familiale en proposant la création des logements de grande taille pour accueillir les familles. Elle souhaite par ailleurs développer l’accession abordable pour permettre aux classes moyennes de réinvestir à Nantes et la remise en place un dispositif de prêt à taux 0 % pour les classes moyennes.

Quant à Pascale Chiron, elle propose « la mise en place d’une caution solidaire Nantes Métropole, adossée à l’épargne locale avec des critères d’éligibilité pour rendre plus solvable les familles et leur permettre de devenir propriétaires en ville ».

10/ Le candidat s’est engagé sur la réduction de la dette de votre commune

Les constats et solutions de Laurence Garnier convergent vers la nécessité d’une maîtrise des dépenses de fonctionnement de la ville (mutualisation des effectifs entre ville et agglo, non renouvellement systématique des départs à la retraite, réduction des frais généraux), nécessaire audit des dépenses publiques… La candidate pose également la question des subventions aux associations « amies ». Elle propose la baisse de ces subventions, les aides n’étant conservées que pour celles qui auront une véritable plus-value auprès des Nantais, grâce aux dynamiques culturelles, sportives et solidaires qu’elles impulsent.

Si Laurence Garnier parle d’un bilan déséquilibré pour la ville, le constat de Johanna Rolland est tout différent puisqu’elle évoque les bases solides pour aborder l’avenir grâce à la saine situation financière de la ville qui ne doit néanmoins pas écarter le « souci permanent de recherche d’économies et d’efficacité dans la dépense publique avec un souci constant de sobriété dans la dépense publique ( …) via la maîtrise des dépenses de fonctionnement et l’engagement de maintenir les effectifs ; à l’ajustement et au redéploiement des moyens consacrés aux politiques publiques si nécessaire ; à la recherche de financements qui ne font pas appel à l’impôt. »

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Tumblr