Archives pour la catégorie Actualités

Présidentielles 2017, un mot de notre président

Chers Amis

Les AFC n’ont pas vocation à donner des consignes de vote, nous ne l’avons pas fait pour les précédents suffrages ni pour le premier tour, et nous ne le ferons pas pour celui-ci. Nous avons certes chacun, individuellement, nos convictions au sein du conseil d’administration de la fédération de Loire Atlantique, mais nous ne voulons pas nous  arroger le droit de déterminer à la place de nos adhérents ce que chacun doit faire, et nous n’avons de toute façon aucun pouvoir pour le faire. A chacun donc, de prendre ses responsabilités !

A contrario, nous avons toujours travaillé à éclairer nos adhérents sur les positions des candidats, notamment au regard des éléments de discernements que le Pape Benoît XVI avait exposé dans un discours du 30 mars 2006, les fameux principes non négociables :

« En ce qui concerne l’Église catholique, l’objet principal de ses interventions dans le débat public porte sur la protection et la promotion de la dignité de la personne et elle accorde donc volontairement une attention particulière à certains principes qui ne sont pas négociables. Parmi ceux-ci, les principes suivants apparaissent aujourd’hui de manière claire:

  • la protection de la vie à toutes ses étapes, du premier moment de sa conception jusqu’à sa mort naturelle;
  • la reconnaissance et la promotion de la structure naturelle de la famille – comme union entre un homme et une femme fondée sur le mariage – et sa défense contre des tentatives de la rendre juridiquement équivalente à des formes d’union radicalement différentes qui, en réalité, lui portent préjudice et contribuent à sa déstabilisation, en obscurcissant son caractère spécifique et son rôle social irremplaçable;
  • la protection du droit des parents d’éduquer leurs enfants.

Ces principes ne sont pas des vérités de foi, même si ils reçoivent un éclairage et une confirmation supplémentaire de la foi; ils sont inscrits dans la nature humaine elle-même et ils sont donc communs à toute l’humanité ».


Le Pape Benoît XVI les avait  également rappelés dans l’exhortation apostolique Sacramentum Caritatis (22 février 2007) au paragraphe 83 :
« Cela vaut pour tous les baptisés, mais s’impose avec une exigence particulière pour ceux qui, par la position sociale ou politique qu’ils occupent, doivent prendre des décisions concernant les valeurs fondamentales, comme le respect et la défense de la vie humaine, de sa conception à sa fin naturelle, comme la famille fondée sur le mariage entre homme et femme, la liberté d’éducation des enfants et la promotion du bien commun sous toutes ses formes.

Ces valeurs ne sont pas négociables.

Par conséquent, les hommes politiques et les législateurs catholiques, conscients de leur grave responsabilité sociale, doivent se sentir particulièrement interpellés par leur conscience, justement formée, pour présenter et soutenir des lois inspirées par les valeurs fondées sur la nature humaine. Cela a, entre autres, un lien objectif avec l’Eucharistie (cf. 1 Co 11, 27-29).

 Les Évêques sont tenus de rappeler constamment ces valeurs; cela fait partie de leur responsabilité à l’égard du troupeau qui leur est confié. »

 

Il est de bon ton aujourd’hui  dans divers milieux catholiques de relativiser ces points qui deviennent de facto « négociables » au regard d’autres points plus conjoncturels : politique économique, fiscale, sociale, migratoire…

Mais si on en vient à considérer qu’il n’y a pas fondamentalement de nature humaine, qu’un embryon peut-être éliminé, trafiqué, qu’il n’y a pas vraiment d‘homme ou de femme, ou qu’un homme peut-être une femme et vice versa, que tout est famille ou que la famille n’est rien, ce qui revient au même, que lorsqu’on est vieux et (ou) malade, il vaut mieux en finir, que l’homme est un être éthéré, sans racine, sans patrie car « citoyen du monde »…

En synthèse si on considère qu’il n’y pas de vérité sur l’homme, alors on bascule dans la dictature du relativisme dénoncée par le même Pape Benoît XVI et tout s’effondre, et l’on a plus grand-chose à espérer pour les autres domaines politiques.

Aujourd’hui nous ne voyons pas de candidat qui réponde intégralement  à ces points non négociables, et donc à court terme, rappelons-nous que la politique est l’art du possible, et tâchons quand même d’identifier quelle vision de l’homme est sous-jacente aux programmes et actions des deux  candidats.

Nous rappelons à ce propos l’excellent travail réalisé par Alliance Vita avant le premier tour de cette présidentielle, repris dans le tableau ci-dessous, et dont vous pourrez retrouver le détail avec les prises de position à l’adresse suivante : http://presidentielle2017.alliancevita.org/.

vita

NB : Le terme de bioéthique utilisé en général pour évoquer ces débats est hélas bien trop réducteur, trop « technique médicale», car il s’agit là finalement des bases anthropologiques, des principes  qui doivent fonder notre société.

La Confédération Nationale des AFC a également travaillé sur ces élections et nous vous invitons à vous y reporter : http://afc-france.org/elections-2017.

Notez enfin que nous travaillons également pour les législatives, pour lesquelles nous avons interrogé les candidats du département et vous ferons sous peu une synthèse de notre travail.

Quoiqu’il en soit, soyons convaincu que le salut de notre pays doit passer par chacun de nous, ce qui ne pourra se faire que par un travail intense, une formation sur des ouvrages de fonds (il convient de ne pas se contenter de quelques blogs d’opinions et de tweets), le courage de quitter tout esprit partisan et de servir là où nous sommes, et surtout la volonté d’une conversion intérieure et une prière confiante.

Le président de la fédération des AFC de Loire Atlantique.

réaction en pdf

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Tumblr

Loi Taubira – Recours des AFC devant le Conseil d »Etat

Communiqué des AFC:

« RECOURS DES AFC DEVANT LE CONSEIL D’ÉTAT CONTRE LA LOI TAUBIRA :
L’INTÉRÊT DES ENFANTS EN JEU

La section du Contentieux du Conseil d’État a examiné au cours de la séance publique du 23 novembre 2015 le recours en annulation déposé le 25 novembre 2013 par la Confédération Nationale des Associations Familiales Catholiques (CNAFC) contre les textes d’application de la loi Taubira du 17 mai 2013 instituant le « mariage pour tous » : décret du 24 mai 2013, arrêté du 24 mai 2013 et circulaire du 29 mai 2013.

Le Rapporteur public, Madame Aurélie Bretonneau, a estimé le recours de la CNAFC recevable et noté au passage le caractère tardif du dépôt du mémoire de la Ministre de la Justice, connu seulement le jeudi 19 novembre pour une séance fixée au lundi 23 !

Elle a toutefois écarté les moyens exposés par notre mémoire, notamment la non-conformité aux conventions internationales de protection de l’enfance dont nous avions invoqué la violation : la Convention internationale relative aux droits de l’enfant (CIDE) entrée en vigueur en 1990 et la Convention sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale (CIPECAI) entrée en vigueur en 1998 , considérant que ces conventions visaient les parents sans préciser s’ils devaient être de sexes différents et pouvaient donc être appliquées dans le nouveau contexte issu de la loi Taubira instituant le mariage et la parentalité entre personnes de même sexe.

Le Conseil d’État doit rendre sa décision d’ici quelques semaines et il est probable qu’il suive les conclusions du rapporteur public, comme il est usuel.

La CNAFC tient toutefois à réaffirmer sa détermination à œuvrer dans l’intérêt supérieur des enfants qui sont durement touchés par cette loi.

Celle-ci les prive du droit fondamental d’avoir son père et sa mère. Elle ignore en conséquence le besoin affectif et éducatif de l’enfant, et surtout la nature même de celui-ci qui est de fonder son existence corporelle, psychologique ou intellectuelle, dans l’amour même de ceux qui l’ont procréé. Ce fondement est à la base de toute sa construction.

Nous ne pouvons cautionner cette violence faite à des enfants et leur refuser de grandir auprès d’un père et d’une mère, en s’inscrivant dans une filiation authentique.

Comme elle l’avait déjà annoncé en juillet 2013 lors du dépôt de son recours au Conseil d’Etat, la CNAFC reste déterminée à préserver le rôle indispensable des parents – père et mère – tel qu’énoncé par l’ONU. Elle utilisera pour cela toutes les voies et moyens disponibles jusqu’à, si nécessaire, porter ce dossier devant le Comité des droits de l’enfant de l’ONU. »

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Tumblr

Euthanasie des handicapés – un appel à la mobilisation lancé par la Fondation Lejeune

mobilisation-01

Lu sur le site de la Fondation Jérôme Lejeune

La proposition de loi sur la fin de vie (des députés Jean Leonetti (LR) et Alain Claeys (PS)) revient en 2ème lecture au Sénat : le 21 octobre en commission et le 29 octobre en séance. Lors du passage du texte à l’Assemblée, début octobre, près de 5 500 soutiens ont alerté leur député, via cette même mobilisation.

A une semaine de la dernière étape de la navette parlementaire, la Fondation Jérôme Lejeune appelle à déployer encore plus d’énergie pour mobiliser les sénateurs et protéger ainsi la vie de tous les Vincent Lambert. Pour cela, la Fondation Jérôme Lejeune relance aujourd’hui, et jusqu’à la date limite de dépôt des amendements (26 octobre), une mobilisation virale « En plein scandale Vincent Lambert, empêchons l’euthanasie des personnes handicapées ». Elle appelle les citoyens à interpeller leur sénateur via une page mobilisation dédiée pour introduire dans la proposition de loi des amendements de nature à :

Préciser qu’une personne handicapée, parmi lesquelles les personnes cérébrolésées, ne peut pas faire l’objet d’un arrêt de traitements par le seul fait qu’elle est handicapée.
Modifier la procédure collégiale, actuellement appliquée dans le cas d’un arrêt de traitement d’une personne inconsciente, en disant que la décision d’arrêt de traitement ne relève pas d’un seul médecin, qu’elle doit être prise après consensus avec la famille, et qu’à défaut de consensus, une médiation doit nécessairement être proposée par l’établissement médical ou médico-social.
Définir ce qui relève des traitements et ce qui relève des soins, de manière à ce que l’administration des soins dus à tout patient, quel que soit son niveau de conscience, ne puisse plus être interprétée comme relevant de l’acharnement thérapeutique.

Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune, s’émeut : « La loi Leonetti de 2005 est souvent présentée comme un juste équilibre mais c’est pourtant cette loi qui a permis l’affaire Vincent Lambert. Lequel demain, pourrait être euthanasié par privation d’eau et d’alimentation.A la source, réside l’amalgame permanent et entretenu entre handicap et fin de vie. Non seulement il faut agir pour protéger d’urgence tous les Vincent, mais plus largement, il est nécessaire de créer un cadre légal de protection et de soin des personnes handicapées ».

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Tumblr

Journal de rentrée AFC 44 : Education Affective et Sexuelle

Le dernier N° du Journal de fédé AFC44 vient de sortir ! Il sera dans vos boites la semaine du 21 septembre. Il est dès à présent téléchargeable ici :

« Les parents sont les principaux et premiers  éducateurs de leurs enfants » (CEC 1653)

Les AFC se plaisent à rappeler cet enseignement de l’Église. Cette vérité est toute spécialement vraie pour l’urgence que représente l’Éducation Affective de nPhotoJournalFédéos enfants.

Prenons à bras le corps – et le cœur – cette exigeante responsabilité : Nous devons à nos enfants, ce souci constant de les préparer à Aimer, par notre amour inconditionnel,  par notre délicatesse mais aussi par cette bienveillante exigence qui en Vérité encourage sans écraser. Dans son livre « Aimer en vérité » l’Abbé Grosjean confie sa crainte de prêtre, qu’on puisse un jour lui dire « Je vous ai eu comme aumônier, vicaire, curé … et je me suis planté, parce que vous n’avez pas osé être franc avec moi ». Combien plus comme parents ne devrions nous pas avoir cette même exigence de Vérité ?  N’abandonnons pas cette responsabilité aux  camarades de classe, à Internet ou aux « experts » de l’Éducation Nationale….

Mais si la Famille est première elle n’est pas seule et les parents peuvent confier aux écoles ou à des mouvements de leur choix la tâche de les aider dans cette mission.  C’est ce que les AFC vous proposent dans ce numéro, en tachant d’apporter un éclairage sur les structures qui  agissent dans ce domaine sur notre département. Nos chantiers éducation sont aussi là pour permettre cet échange et ce soutien entre parents sur cette mission éducative.

Préparer nos jeunes à aimer, c’est aussi être prêt à témoigner – malgré nos faiblesses et nos limites –  que cet amour conjugal vaut la peine que l’on s’y engage et s’y prépare … et pour cela prendre le temps de venir puiser et raviver les grâces de notre sacrement de mariage.

 Je profite de ce mois septembre pour vous souhaiter une belle rentrée ! Bonne lecture de ce dossier,  je vous invite également à découvrir – et à vous investir – dans les nombreuses propositions de nos AFC pour ce dernier trimestre !

Le Rédacteur en Chef

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Tumblr

Vaccin DT-Polio – l’appel urgent du Professeur de médecine Henri Joyeux

Lu sur le site de l’IPSN:

Depuis 2008, les laboratoires ont cessé, sans raison apparente, de commercialiser le vaccin DT-Polio.

Depuis septembre 2014, les vaccins tétravalents (DT-Polio-Coqueluche) et pentavalents (DT-Polio-Haemophilus influenza B-Coqueluche) sont en rupture de stock !

Les parents qui veulent vacciner leur enfant sont donc obligés de recourir à un « super vaccin » comme l’Infanrix hexa qui contient 3 vaccins non obligatoires en plus du DT-Polio, de l’aluminium (neurotoxique), du formaldéhyde (cancérogène probable) et des antibiotiques (polymixine-B, néomycine) qui ne sont pas nécessaires à la santé du nourrisson et peuvent même lui nuire.

Regardez la vidéo du Professeur Joyeux qui explique ce scandale et signez la pétition

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Tumblr

HALTE A LA CASSE DE LA POLITIQUE FAMILIALE !!!

20141113_Famille_Solidarite_LimiteeVous le savez, le Gouvernement a décidé, une fois de plus, de porter atteinte aux familles avec la réforme des allocations familiales. Cette nouvelle mesure s’ajoutant à la réforme du congé parental et à la baisse du quotient familial, marque un tournant historique pour notre pays en matière de politique familiale (voir http://www.lefsl.org/ « Les mesures »).

Il n’est pas possible de rester sans rien faire ! Et il n’est pas trop tard, cette réforme est en discussion au parlement !

Les familles souhaitent MAINTENANT se faire entendre du Gouvernement. Plusieurs organisations, syndicats, associations dont les Associations Familiales Catholiques s’unissent pour agir.

Les AFC de Loire-Atlantique vous appellent à 3 actions concrètes :

  • Relayez par mail et sur les réseaux sociaux la CAMPAGNE D’INFORMATION GRAND PUBLIC « LE F$L » portée par différentes associations et syndicats, dont la Confédération des Associations Familiales Catholiques: pour cela, rendez vous sur: WWW.LEFSL.ORG
  • Signez la pétition à François Hollande et Ecrivez à vos députés avec les modèles proposés par http://lesfamillesplumees.fr
  • Participez au rassemblement des « FAMILLES PLUMEES » le DIMANCHE 23 NOVEMBRE 15H DEVANT LA PREFECTURE DE NANTES ! Une action symbolique y sera organisée.

Pour aller plus loin :
Comprendre en quelques minutes les conséquences de la mise sous conditions de ressources des allocations familiales.
Comprendre en quelques minutes les conséquences de la réduction du quotient familial

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Tumblr

Les AFC portent la voix des familles qui disent « non » aux atteintes au Quotient Familial

Image 7Communiqué de presse

Le Gouvernement a diminué à deux reprises le quotient familial.

Mais finalement, de quoi parle-t-on ? D’une niche fiscale ? D’allocations ?

Dans un contexte où la politique familiale est de moins en moins lisible, il n’est pas évident de s’y retrouver. Le quotient familial est un sujet souvent mal connu et complexe. C’est pourquoi, dans le cadre de son action de Politique Familiale, les AFC ont décidé de publier une vidéo sur la question.

Cette animation proposée par les AFC explique de manière pédagogique pourquoi et comment le quotient familial permet de prendre en compte la capacité contributive des familles, principe constitutionnel inscrit par ailleurs dans la déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen : Art. 13. « (…) une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés. »

Diminuer le quotient familial, c’est dégrader la prise en compte de la capacité contributive de chaque famille.

La famille a besoin d’être soutenue et encouragée : le quotient familial n’est ni une niche fiscale, ni un « avantage familial » ! 

Pour aller plus loin :

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Tumblr

Allocations familialles : une nouvelle rupture

figaro_ipadJean-Marie Andrès était interviewé par Le Figaro sur le sujet de la modulation des allocations familiales en fonction des revenus, évoquée par les parlementaires socialistes. Les AFC regrettent une fois de plus l’absence de débat sur ces questions qui engagent l’équilibre socio-économique de la France.

Lire l’article complet sur le site du Figaro

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on Tumblr